L’écrit et l’image

Nombre de mes photographies traitent des signes et des objets. Elles s’approchent de ce qui parle de notre vie ou bien la façonne : troublants reflets de ce que nous sommes, images de nos émotions et de nos souvenirs.

C’est à ce titre que je me suis intéressé à deux types d’objets porteurs de mémoire et d’identité : l’écriture d’une part et l’image photographique d’autre part, en les faisant dialoguer entre elles.

Quand je photographie des écrits, je tiens compte de la variété des supports et de leur statut, car comme l’écrivait Roland Barthes, « l’humanité a vraiment écrit sur n’importe quoi » (ce qui veut dire à propos de n’importe quoi et sur n’importe quel support) : papier, pierre, métal, murs, plantes et arbres, corps… Il s’agit de lettres saisies dans leur transformation, altérées par le temps, de documents à caractère privé (correspondance, carnet, notes, livre de comptabilité, liste…) ou de documents publiés (journaux, livres…) Avec l’altération des signes, l’apparition d’éléments parasites, la présence du support, ce qui est écrit s’apparente parfois au cryptogramme, avec la tentation de le déchiffrer. A moins de se laisser porter par des alphabets imaginaires, des langages inventés, des langues magiques, divinatoires, secrètes, artistiques, des langages d’enfants… A ce stade il n’est plus nécessaire de connaître tel type d’écriture ou d’alphabet pour mener notre exploration, et les formes du langage écrit, dessiné ou gravé sont multiples : des encoches sur un bâton de boulanger sont aussi des signes d’écriture…

De même, quand je photographie des images, je les saisis dans leurs évolutions et leurs transformations, que ce soit des images de papier, de gélatine ou de verre, des albums ou des affiches, et je m’arrête aussi sur des supports altérés jusqu’à l’abstraction, sur les lambeaux d’images accrochés aux murs ; je recherche les images parfois cachées au dos des cadres…

Le choix des objets collectés pour être photographiés joue un rôle important. La constitution d’un cabinet de curiosités, ces collections hétéroclites qui apparurent en Europe à la fin de la Renaissance et qui étaient alimentées par les découvertes des explorateurs, est sous-jacente à cette démarche. La philosophie et l’esthétique des cabinets de curiosités m’ont toujours habité pour plusieurs raisons. J’y vois en particulier l’intérêt de rechercher des fils conducteurs, des correspondances de formes et de sens entre des objets apparemment dissemblables.

Celui aussi de favoriser l’intrication entre le naturel et l’artificiel, de relier la réalité à l’imaginaire, d’attribuer un caractère de rareté à l’objet collecté auquel, selon ses goûts, son histoire, ses désirs, on donne un statut particulier. J’aime faire des images au plus près des signes et de la matière. J’appartiens à la famille des photographes du détail, par opposition aux photographes des plans larges. Regarder (de près, en s’attachant à la forme et à la texture), ou rassembler des objets, est une façon de continuer la « création ». C’est aussi un acte artistique, un désir de connaissance, la recherche d’une émotion. Je me sens proche de la démarche des collectionneurs de bric-à-brac.

Dans mon cabinet de curiosités j’ai par exemple retenu le “typographe”, qui est un caractère d’imprimerie, ou un genre de caractère (avec par exemple le type Didot, le type Garamond). C’est aussi un petit insecte, parasite de certains bois auxquels il cause certains dommages en incubant dans l’écorce, avec des tracés parallèles à l’axe du tronc et d’autres divergents.

Le spécimen que j’ai retenu provient des archives de l’Ecole Supérieure du Bois. Il porte une étiquette de l’«Ecole Nationale d’Horticulture» adhérant parfaitement au relief de l’empreinte laissée par le parasite. Plus tard, au cours d’une exploration photographique parmi les centaines d’objets et de matériaux accumulés dans l’atelier d’un ébéniste, je lus cette question sur une notice (discrète interpellation constituant un infime détail d’un univers de chargé de signes) : « Connaissez-vous le typographe ? », montrant à la fois l’insecte et le résultat de son passage, au moyen de photographies.

Au travers de ce projet j’ai établi des liens entre écriture et photographie, celle-ci étant étymologiquement une « écriture de lumière ». De façon formelle, j’associe avec ma subjectivité une photographie d’écrit à une photographie photographiée ; mais l’écrit et l’image sont quelquefois mélangés, intriqués sur la même prise de vue. Ces images sont parfois inspirées par des lectures, et une citation d’un auteur me donne l’idée d’une photographie à faire… et dont je mets parfois longtemps à trouver les conditions de réalisation. C’est pourquoi ce projet à maturation lente, qui a pris sa source dans un travail précédent consacré à l’écrit, puis dans un autre destiné à explorer l’image de la même façon, court ensuite sur une dizaine d’années avec l’arrivée de nouvelles prises de vues dans le cadre d’un editing spécifique à cette intention . Une fois la photographie faite, il m’arrive d’écrire sur ce qui a été produit, sur cette petite aventure de la réalisation et sur ce que l’image m’inspire… Le dialogue est alors complet, circulaire. Des photographies sont ainsi associées à des citations d’écrivains, des commentaires, des interprétations…

Xavier Noël

L’écrit et l’image

Galerie photographique

Recto-verso - L’Écrit et l’image Xavier Noël photographe Nantes

Recto-verso

Elevage de la poussière - L’Écrit et l’image Xavier Noël photographe Nantes

Elevage de la poussière

Le territoire du crayon - L’Écrit et l’image Xavier Noël photographe Nantes

Le territoire du crayon

Melencholia - L’Écrit et l’image Xavier Noël photographe Nantes

Melencholia

La déchirure - L’Écrit et l’image Xavier Noël photographe Nantes

La déchirure

Une femme à sa fenêtre - L’Écrit et l’image Xavier Noël photographe Nantes

Une femme à sa fenêtre

L’encre violette - L’Écrit et l’image Xavier Noël photographe Nantes

L’encre violette

Photo déchirée - L’Écrit et l’image Xavier Noël photographe Nantes

Photo déchirée

Les journaux - L’Écrit et l’image Xavier Noël photographe Nantes

Les journaux

Au dos de la photo - L’Écrit et l’image Xavier Noël photographe Nantes

Au dos de la photo

Cours d’architecture - L’Écrit et l’image Xavier Noël photographe Nantes

Cours d’architecture

Les pyramides - L’Écrit et l’image Xavier Noël photographe Nantes

Les pyramides

La pierre télévision - L’Écrit et l’image Xavier Noël photographe Nantes

La pierre télévision

La pierre de Doué - L’Écrit et l’image Xavier Noël photographe Nantes

La pierre de Doué

La carte I - L’Écrit et l’image Xavier Noël photographe Nantes

La carte I

La carte II - L’Écrit et l’image Xavier Noël photographe Nantes

La carte II

Pin It on Pinterest